Initié en 2012 par l’Association de Développement de l’Économie Sociale et Solidaire (ADESS) du Pays de Morlaix et un groupe de citoyens, le projet commence à prendre forme en 2013 avec la création de l’Association pour une monnaie locale du Pays de Morlaix.

Depuis cette date, le nom de Buzuk a été voté démocratiquement par toutes les personnes intéressées par le projet. La charte et une plaquette explicative illustrant les valeurs du Buzuk ont été rédigées.

De multiples interventions de communication ont été engagées sur le territoire (conférences, ciné-débats, festivals, réunions publiques, informations aux lycées et à l’IUT, rencontres avec différents élus du territoire, etc).

Aujourd’hui, l’association est gérée par une quinzaine de bénévoles actifs. Dès le début de l’aventure Buzuk, l’association a accueilli plusieurs jeunes en service civique (quatre jeunes successifs pour des missions de huit mois). Depuis début octobre, un cinquième service civique a rejoint l’équipe de bénévoles afin de les soutenir dans la mise en œuvre du projet.

 

 

Ce projet citoyen est soutenu par plus de 880 sympathisants, ainsi que par un réseau fort aujourd’hui de 500 familles et 130 prestataires (commerçants, associations, producteurs, entreprises, professions libérales) acceptant le Buzuk. Un annuaire version papier regroupant tout les prestataires du réseau est imprimé une fois par an mais le site lui même dispose d’un annuaire téléchargeable régulièrement remis à jour.

L’ADESS du Pays de Morlaix et l’association des Cigales apparaissent comme des soutiens essentiels au projet. De même, Morlaix Communauté soutient le Buzuk depuis son lancement en octobre 2016.

Aujourd’hui, en 2018, le Buzuk se dirige vers l’intégration dans une plate forme de monnaie numérique, qui permettrait un inter-échange entre toutes les monnaies locales Bretonnes et l’apparition de virement numériques en Buzuk pour les prestataires intéressés notamment. Le financement de cette évolution, ainsi que la création d’un emploi et la coopération active avec les collectivités territoriales, se fait via la demande de subventions au niveau Européen avec les fonds LEADER.