En utilisant une monnaie locale complémentaire :

  • Je fais le choix de réduire mon empreinte énergétique en achetant des produits locaux

  • Je fais le choix de renforcer l’autonomie de ma région (grâce entre autre au « dépôt de garantie » déposé à la NEF et qui soutient les projets locaux)

  • Je fais le choix de redevenir acteur de ma consommation

  • Je fais le choix de privilégier les petits commerces de proximité aux grandes structures

  • Je fais le choix de faire fonctionner l’économie réelle et non spéculative

 

 

 

 

 

Depuis la crise de 2008, les monnaies locales complémentaires se multiplient en France et dans le monde. Face à la dynamique du toujours plus et de la croissance à tout prix, de nombreux commerçants décident de travailler non plus dans la compétition mais dans la coopération pour bénéficier collectivement des talents de chacun. De plus en plus de consommateurs privilégient désormais la qualité à la quantité dans un souci de respect des ressources que la planète peut offrir. La dictature financière qui pèse sur l’euro empêche les citoyens de savoir d’où vient leur argent et où il va. La monnaie locale complémentaire devient un outil idéal de réappropriation du pouvoir. Elle redonne aux habitants d’une région la possibilité de dépenser autrement.

 

Est ce que je veux que mon argent alimente le marché des finances ?
Ou est ce que je veux que mon argent alimente l’économie réelle ?

 

*Vidéo de la monnaie locale lyonnaise:  La Gonette